#DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Mettre en oeuvre les ponts entre développement économique
et médiation numérique pour rendre l’entreprenariat
plus accessible géographiquement et socialement

Avec l’émergence des tiers-lieux, du travail partagé, de l’économie collaborative, de la mutualisation de services publics en milieu rural, mais aussi l’évolution des pratiques des usagers, les frontières se brouillent entre des lieux dédiés à l’accompagnement numérique des entreprises et des lieux dédiés à celui du grand public.

D’un côté, on assiste à un bouleversement des modes de vie et de travail : travailleurs nomades, slashers, coworkers, startupers… Les travailleurs de l’ère digitale ne se définissent plus uniquement par leurs métiers, mais par leurs modes de travail.

De l’autre, on voit s’opérer une redéfinition des lieux de la médiation et de l’accompagnement traditionnels (pépinières d’entreprises, médiathèques, Maisons de services au public…) qui se réinventent en « tiers-lieux » pour permettre aux nouveaux porteurs de projets de s’approprier leurs espaces de travail, de formation et d’accès à l’emploi.

Ces profondes mutations à l’œuvre nous invitent à réfléchir à l’avenir des réseaux d’acteurs, aux modes d’accompagnement des projets professionnels et à leurs impacts sur les territoires.

« Si les lieux évoluent, que les fonctions s’hybrident, les métiers aussi se transforment. La déspécialisation des lieux ouvre la porte à des demandes plus diverses de la part des usagers, parfois hors des cases. Cela va parfois être le cas dans les Maisons de services au public, ou dans les lieux dédiés à l’accompagnement de l’entrepreneuriat. Cela signifie une évolution des métiers, mais aussi une évolution de l’environnement de travail. »

Marine Albarede
Fondation Internet Nouvelle Génération (FING)

« Le numérique encourage le partage des ressources, des compétences et l’interdisciplinarité. Ces dynamiques sont sources de fertilisation croisée : elles favorisent l’émergence de stratégies innovantes et de nouvelles sociabilités, elles-mêmes sources d’innovation. »

Rapport du Conseil National du Numérique
Ambition Numérique – 2015

#Idées clés

• Construire de nouveaux indicateurs pour mesurer la plus-value des tiers-lieux
• Cartographier les compétences des médiateurs numériques et des acteurs du développement économique et leurs évolutions et imaginer les nouveaux métiers de « médiateur-trice numérique » et de « chargé-e de projets création-innovation »
• Identifier les mutations à l’œuvre dans les lieux et s’appuyer sur ces dernières pour construire de nouveaux dispositifs d’innovation territoriale
• Rendre plus lisible le double enjeu de la médiation : « médiation » au sens de l’accompagnement des acteurs économiques des territoires (TPE, PME…) et « médiation » au sens de mise en relation entre usagers des lieux.

 

Expédition Softplace :
Point de départ sur la réflexion des lieux partagés, l’expédition Softplace a été menée par la Fondation Internet Nouvelle Génération (FING) et la Fabrique des Territoires Innovants (FTI) pendant un an, en s’appuyant sur deux territoires urbains (le 19e arrondissement à Paris, et le quartier Euroméditerranée à Marseille) et deux territoires ruraux (le Pays de Guéret et la Lozère).
Pour en savoir plus : www.fing.org/?SoftPlace

 

#Défis #Initiatives

Défi : Quelles pistes pour mettre en relation développement des compétences économiques et médiation ?

Initiatives :
• Développement du réseau des tiers-lieux protéiformes

Réseau Solozere : Accompagnement et développement des compétences territoriales autour des usages numériques à destination des indépendants et télétravailleurs en s’appuyant sur le réseau des lieux de médiation numérique du territoire (Réseau des Maisons de services au public majoritairement). Réseau animé conjointement par Lozère Développement, agence de développement économique, la Maison de l’Emploi et de la Cohésion Sociale de la Lozère.

Réseau des Tiers-lieux en Normandie : La Région Normandie a lancé un travail sur l’animation des tiers-lieux à l’échelle régionale. Certains accompagnent le développement économique, d’autres sont davantage axés sur la médiation numériques (EPN). La mise en réseau des acteurs et la culture collaborative ont permis de faire émerger des questionnements sur la gouvernance et les fonctions des lieux afin qu’ils répondent à certaines problématiques du territoire et ne soient pas réduits à une somme de lieux isolés.

Étude sur les tiers-lieux dans les Parcs Régionaux à partir des cas du territoire des Baronnies Provençales, de l’Ardèche Méridionale avec des dispositifs de coworking portés par la Trame, et le Parc du Haut-Jura, avec un espace de coworking porté par La Cordée. Les Parcs Régionaux se questionnent sur les relations entre leurs territoires et ces nouveaux lieux portés par des acteurs qui ne sont pas leurs interlocuteurs habituels. La question en filigrane est l’impact des tiers-lieux dans une logique d’accueil de nouvelles populations. Pour justifier un éventuel soutien aux tiers -lieux à cette échelle, il est nécessaire de mesurer leurs externalités positives (économiques et de service) et d’inventer de nouvelles modalités d’intervention.

 

Construction du réseau des Tiers-lieux Occitanie :
Les entreprises (PME et grands groupes) sont encore peu sensibilisées aux nouvelles formes de travail (télétravail, open innovation, travail collaboratif) et ne s’approprient que ponctuellement les tiers-lieux. Le réseau Tiers-lieux Occitanie, lancé par l’association La Mêlée, a pour objectif de rendre lisible l’offre régionale de tiers-lieux pour faciliter la transition numérique des entreprises à partir de lieux ressources. Cette initiative en direction des entreprises reproduit un modèle courant d’organisation réticulaire des lieux de médiation numérique conçu pour garantir une équité d’accès aux outils numériques pour le grand public.

 

Défi : Quelles modalités possibles pour démocratiser l’entreprenariat ?

Initiatives :
• Déploiement de dispositif d’innovation sociale au croisement de l’accompagnement économique et de la médiation en vue de faciliter la démarche d’entreprenariat. Share Lozère est une plateforme pour entreprendre et innover en Lozère développée par Lozère Développement. Le dispositif s’accompagne de rencontres territoriales avec les porteurs de projets. Ce deuxième volet facilite l’accessibilité géographique de l’entreprenariat par le repérage territorial des projets à accompagner. La mise en relation facilite l’accessibilité sociale en levant les freins d’entrée (codes sociaux, vocabulaire, compétences, etc.) en s’appuyant sur les lieux et réseaux de médiation numérique tels que les Maisons de services au public).
→ Pour en savoir plus : www.sharelozere.com

 

Défi : Comment outiller les agents des lieux mutualisés (agents d’accueil, animateurs, acteurs de la médiation, agents de développement économique…) dans ces évolutions de l’environnement de travail et de leur activité ?

Initiatives :
• « Musette numérique de l’actif » par la FING Fondation Internet Nouvelle Génération. Les trajectoires professionnelles sont en pleine mutation. La discontinuité et l’individualisation des parcours, la pluriactivité sont aujourd’hui une réalité pour tous. Il faut désormais des instruments et des outils nouveaux pour évoluer et faire évoluer les métiers.

Initier les échanges et imaginer les hybridations possibles entre le réseau des acteurs de la médiation numérique et les réseaux des acteurs du développement économique a permis d’identifier des points de tension qu’il conviendra de continuer à travailler lors d’une prochaine édition des Assises nationales.

Les interrogations suivantes peuvent constituer des pistes de réflexions pour l’avenir :

– Comment répondre aux besoins multiples des usagers qui peuvent simultanément être à la recherche de médiation, de prestations de services mais aussi d’accompagnement dans le cadre de leurs pratiques professionnelles.

– Quel interlocuteur pour faciliter ces rencontres et le dialogue entre les porteurs des lieux, les acteurs qui y travaillent, les fournisseurs de services, mais aussi avec les publics éventuels ?

– Et plus globalement jusqu’où cette hybridation entre les activités de la médiation et celles du développement économique peut-elle / doit-elle aller ?

 

Création d’un collectif de travailleurs du numérique, Num’n Co :
Num’n Co est au croisement entre dispositif de médiation numérique et développement entrepreneurial : ce projet a été initié par une partie des stagiaires de la Promo 1 de Còdi n Camp, en Lozère, (formation numérique Simplon / Dispositif labellisé Grande École du Numérique) et rejoint par deux de ses formateurs. L’objectif de la démarche est de construire un collectif d’indépendants (sous statut d’entrepreneur salarié) afin de préparer l’insertion des nouveaux formés, d’allier forces et compétences pour développer une activité économique en Lozère. Les « membres cadres » du projet aident les nouveaux professionnels à développer leurs complémentarités et à intégrer des groupes projets pour lutter contre l’isolement professionnel et géographique.
→ Pour en savoir plus : www.numnco.fr