#Stratégies territoriales

Élaborer les stratégies d’aménagement des territoires
en prenant en compte la médiation numérique

Dans une société traversée par le numérique, le secteur de la médiation numérique est à même d’accompagner l’ensemble des acteurs à se saisir des potentialités et services offerts par le numérique, à créer et expérimenter de nouveaux services, à penser les usages de demain. Mais il lui faudra organiser au mieux les réseaux d’acteurs, structurer une offre de services numériques pour plus de lisibilité, et favoriser le développement de partenariats avec d’autres réseaux (les collectivités, les institutions, les acteurs privés, les professionnels de la médiation sociale : travailleurs sociaux, éducateurs, acteurs de la prévention) en imaginant de nouveaux modèles de coopération sur les territoires. Et ce pour ancrer plus fortement et durablement la médiation numérique au cœur des stratégies numériques des territoires.

En septembre et octobre 2015, le Gouvernement a mené la première consultation en ligne ouverte et participative sur un avant-projet de loi.

Pour la première fois, les internautes ont eu la possibilité de co-écrire la loi avant son adoption par le conseil des ministres, en votant sur les articles proposés, en les commentant, en proposant des modifications au texte. Cette consultation a fait suite à une première concertation, très large, menée par le Conseil national du numérique entre octobre 2014 et février 2015 sur les grands enjeux du numérique pour notre pays.

Cette consultation a donné naissance à la Loi pour une République Numérique promulguée le 26 octobre 2016. Elle a pour objectif de préparer le pays aux enjeux de la transition numérique et de développer l’économie de demain. Le développement croissant des réseaux et des usages numériques est riche d’opportunités économiques et sociales qui doivent bénéficier à l’ensemble de la société.

« Nous devons gérer la complexité indue par la transition numérique, tout ne peut venir du haut car nous sommes entrés dans l’ère de la co-construction. Il faut sortir de la consultation pour aller vers une véritable co-construction dans tous les territoires »

Claudy Lebreton

#Idées clés


• Structurer une offre de services pour plus de lisibilité
• Accompagner l’ouverture des réseaux de la médiation numérique vers d’autres réseaux
• Faciliter la professionnalisation des acteurs
• Imaginer de nouveaux modèles de développement économique
• Organiser des rencontres physiques pour renforcer la cohésion inter-acteurs

 

#Défis #Initiatives

Défi : Comment accroitre la lisibilité des acteurs ?

Initiatives :
• Développement d’un catalogue de services et des compétences de la médiation numérique pour structurer et rendre plus visible l’offre de services et la diversité des acteurs. La mise en place d’un référentiel métier permettra de faciliter la compréhension du secteur et de le rendre plus tangible. Cet exercice permettra en outre d’identifier les faiblesses de l’offre de formation, et ainsi développer une véritable filière, permettant aux médiateurs d’évoluer dans leurs missions, leurs emplois et leur « grade ». Un inventaire approfondi destiné aux professionnels facilitera également de favoriser la mutualisation des compétences. La coopérative de La MedNum constituée en novembre 2016 a pour ambition de mettre en place et de communiquer sur « le bouquet de services » des acteurs de la médiation numérique.
→ Pour en savoir plus : www.lamednum.coop

 

Défi : Comment renforcer la construction d’une culture du développement territorial pour les acteurs de la médiation numérique ?

Initiatives :
• Intégration d’acteurs de la médiation numérique dans les débats et les échanges au sujet des SCORAN, des SDTAN et des SDUN  ou dans les documents stratégiques des métropoles permettant le croisement des réseaux, le portage de projets collectifs et contribuant à développer une culture commune du développement territorial. Il faut néanmoins pour cela intégrer les instances existantes et identifier les acteurs clés sur chacun des territoires.

• Le « SDTAN Services et Usages pour une ambition bi-départementale » a été conduit par le Syndicat Mixte Ardèche Drôme Numérique et le Pôle Numérique, en partenariat avec le Syndicat mixte des Inforoutes de l’Ardèche et Cybardèche. Dans une logique partenariale bi-départementale, l’Ardèche et la Drôme se sont associés pour l’élaboration du SDTAN en articulant le volet Infrastructure et le SDTAN-Services et Usages (SU). Ce SDTAN voté en juin 2013 en Ardèche puis en juillet 2013 dans la Drôme, est le premier en France ayant inscrit les services et usages numériques comme axes transversaux et indispensables au développement territorial et au développement des réseaux.

• Mise en test d’expérimentations sur les territoires et le déploiement de projets transversaux concrets facilitant le croisement des réseaux. Cela contribue à mieux identifier les lieux de médiation numérique comme pôles ressources sur la question des usages.

• Réseau des Promeneurs du Net a pour vocation de créer du lien entre professionnels et de faciliter la montée en compétences des médiateurs-trices, notamment sur les questions relatives à la jeunesse ou aux politiques publiques.
→ Pour en savoir plus : www.promeneursdunet.fr/projet

 

Défi : Quel nouveau modèle de développement possible pour le réseau de la médiation numérique ancré au cœur des stratégies numériques des territoires?

Initiatives :
• Le dispositif des chèques APTIC a été expérimenté en Région Nouvelle Aquitaine et déployé au niveau national. Ce chèque numérique pour tous se présente sous forme de coupons, sur le modèle du chèque déjeuner et permet de payer totalement ou partiellement un service de médiation numérique.
→ Pour en savoir plus : www.aptic.fr

Parmi les pistes à explorer :
La mise en place d’un appareil législatif permettant d’estimer les coûts générés par toute nouvelle dématérialisation de services publics (ou parapublic) et d’en prélever une partie pour les allouer aux acteurs de l’accompagnement à cette dématérialisation faciliterait la constitution de nouveaux modèles de développement pour les acteurs de l’accompagnement.

« Le numérique c’est un mouvement, une opportunité permanente
qui demande plasticité et réactivité »

Claudy Lebreton