Nécessité n’a pas de loi même en scooter, ou presque

Crissements de pneus, roues arrière qui fument, figure type roue arrière, slaloms dans le trafic, embardées sur les trottoirs voire circulation en sens interdit… les rodéos urbains motorisés – scooter, moto, quad, mais aussi en voiture – sont maintenant classés en tant que délit. La loi adoptée par l’Assemblée pendant l’été sanctionne d’ailleurs lourdement cet acte : emprisonnement, amende, destruction. Mais aussi, elle prévoit un alourdissement de la peine encourue en cas d’autres infractions constatées. Dès lors, s’il n’est pas autorisé de faire un rodéo, mieux vaut être en règle au volant de son scooter en toutes circonstances. Gros plan. 

La conduite en scooter, les équipements du scootériste

Même si chaque centimètre carré de la peau doit être protégé et couvert pour ne pas subir des dégâts plus ou moins irréversibles, il convient de s’équiper du minimum. Néanmoins, cela n'exclut pas de suivre le fil d'actualités du scooter pour se tenir informé des nouveautés

Le casque

Le premier étant d’avoir un casque. D’ailleurs c’est obligatoire. Il doit être homologué. Et pour cela, l’étiquette doit comporter la lettre « E » suivie d’un chiffre qui indique le pays où il a été homologué (1 pour l’Allemagne, 2 pour la France, 3 pour l’Italie, jusqu'à 18 pour le Danemark). En parallèle, il y est aussi mentionné une lettre : « P » pour signifier qu’il protège le maxillaire, « J » pour désigner que le casque est ouvert et qu’il ne couvre pas le bas du visage ou encore « NP ». Le casque idéal est donc homologué, mais aussi confortable, ergonomique, stylé et avoir des bandes rétro réfléchissantes. En moyenne, un casque dure cinq ans dépendamment de son usage et de sa qualité de fabrication. À l’image de literie, il faut donc penser à le changer régulièrement et plus particulièrement, en cas de chute ou de choc. 

Les gants

Parce qu’en cas de chute, le premier réflexe est de mettre ses mains en avant, il est indispensable de porter des gants lorsque l’on roule sur un scooter. Les gants, tout comme tous les vêtements protecteurs, ont des atouts indéniables. Ils protègent de la pluie, du froid, amortissent le choc lors de la chute, mais surtout, ils limitent l’abrasion suite à la glissade. Là encore, quel que soit le textile, il doit être homologué – les mentions « CE » et le pictogramme du motard a minima, la mention « KP 2 » est le must en termes de sécurité – disposer d’une coque sur le dessus et une fermeture au niveau du poignet. L’idéal est d’avoir également plusieurs paires, pour assurer un maximum de confort de conduire au fil des saisons. 

Les chaussures, la tenue

Exit les tongs, les escarpins et autres chaussures tendance, tout bon scootériste doit se chausser correctement. Même si la plupart du temps, les pieds ne font que se reposer sur le plancher, les pieds eux aussi risquent gros en cas d’accident ou de chute. Fracture, écrasement, abrasion de la peau voire amputation, même si cela n’est pas seyant mieux vaut porter une paire de chaussures spécifiques. L’unique alternative, c’est la chaussure en cuir, montante pour tenir la cheville, avec un renfort sur la malléole. Les fabricants ont d’ailleurs fait de gros progrès en termes de design et d’esthétique : les modèles sont parfaitement adaptés au déplacement en scooter tout en ne jurant pas avec une tenue de ville. Et tout compte fait peu importe. Rien n’empêche de ranger ses souliers à l’intérieur du siège !  

En parallèle, exit les jupettes qui volent au vent, les t-shirts qui dévoilent les pecs ou encore le short qui ventile les gambettes. En scooter, il faut comme à moto, protéger sa peau. Une veste, un pantalon résistant à l’abrasion et renforcé sont les it-accessoires. Là encore, rien n’interdit que de prévoir une tenue plus glamour à l’intérieur du siège. Sans oublier, le fameux gilet jaune !

La conduite en scooter, les documents obligatoires

Pour pouvoir circuler à cyclomoteur (scooter ou mobylette n'excédant pas 50 cm3), il faut être âgé d'au moins quatorze ans. En parallèle, il faut aussi un certain nombre de documents. 

Le permis de conduire

Pour conduire un scooter dont la cylindrée est comprise entre 50 cm3 et 125 cm3, il est obligatoire d’avoir le permis A, A1 ou B. Si la cylindrée est inférieure à 50 cm3 et que sa vitesse n’excède pas 45 km/heure, le permis de conduire n’est pas obligatoire, seul le brevet de sécurité routière suffit.

Le certificat d’assurance

Le scooter doit être assuré. Et pour cela, il faut y apposer le certificat d'assurance qui mentionne l'entreprise d'assurance, le numéro permettant l'identification du souscripteur ainsi que le numéro du moteur du véhicule.

L’immatriculation

L’immatriculation est obligatoire pour tous les cyclomoteurs mis en circulation, et ce, quelle que soit l’année. Et, en attendant l’obtention du certificat d’immatriculation, en tant que scootériste, vous pouvez circuler avec le certificat provisoire d’immatriculation. Ce numéro d'immatriculation est un numéro à vie pour le cyclomoteur, tout comme la vignette Crit’Air : elle se compose d'une série alphanumérique sans tiret (1 ou 2 lettres / 2 ou 3 chiffres / 1 lettre), le symbole européen et la lettre « F ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *