Que penser de l’expatriation fiscale des entreprises françaises ?

La fiscalité de nombreux pays étrangers reste particulièrement flexible et avantageuse pour les entreprises françaises. Celles qui souhaitent mieux se développer et échapper aux lourdes charges fiscales dans l’Hexagone n’hésitent pas à s’expatrier. Alors, que penser de cette pratique, parfois décrier à tort par les pouvoirs publics ? Un brin de réponse dans la suite…

Une pratique légale et légitime pour gagner en productivité

La compétitivité des entreprises françaises est régulièrement présentée comme le premier argument pour s’expatrier. En effet, cette solution permet de gagner en compétitivité et d’améliorer sa productivité. 

Contrairement aux entreprises d’autres pays européens (Pologne, Roumanie, Portugal, etc.), les entreprises françaises sont soumises à une pression fiscale sans précédent. Entre les impôts et les taxes, nombre de chefs d’entreprise n’arrivent plus à dégager des marges suffisantes pour se développer et mieux résister à la concurrence des entreprises étrangères. 

Bénéficier de prestations pour la création de société en Chine (Hong Kong), aux Émirats arabes unis (Dubaï) ou encore les États-Unis (Floride) est une pratique légitime pour survivre sur des marchés de plus en plus concurrentiels. Et dans un grand nombre cas, les capitaux sont rapatriés en France et sont investis dans des secteurs porteurs à l’instar des nouvelles technologies, le tourisme ou encore l’immobilier. Sans l’expatriation, de nombreuses entreprises devraient mettre la clé sous la porte.

Comment réussir son expatriation ?

Une expatriation réussie passe par le choix d’une destination de qualité, tant avantageux sur le plan fiscal, bancaire qu’au niveau des infrastructures. Et à ce jeu, Hong Kong, une porte d’accès sur le gigantesque Asiatique, répond à tous les critères. 

Avec des droits de douane inexistants, une économie forte et une très faible taxation, une absence de la TVA, Hong Kong reste une destination prisée par les entrepreneurs. Autres atouts, la puissance du secteur bancaire local et les démarches simplifiées pour posséder sa propre entreprise.

Une implantation à Hong Kong doit être réalisée dans les règles de l’art, d’où la nécessité de passer par un cabinet spécialisé. Celui-ci sera en mesure de vous accompagner pour la création de votre entreprise offshore. Des juristes, des fiscalistes et des comptables vous épauleront pour la tenue de votre comptabilité, pour le choix de la constitution des statuts, pour la gestion du courrier ou encore pour l’ouverture d’un compte bancaire. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *